Taïji-Quan (太极拳)

Le Taïji-Quan, « Poing de la Philosophie », est issu de l’observation des animaux ainsi que de techniques de combat provenant des arts martiaux chinois. Mais le Taïji-Quan demeure principalement une activité thérapeutique, relaxante et agissant comme un massage des organes internes, augmentant ainsi la circulation de l’énergie vitale dans les méridiens, (blocages de Qi) et de liquides organiques (stases de sang), gage de santé et d’équilibre.

Trois styles de Taïji-Quan sont enseignés dans notre école :

Taïji-Quan style Yang

Le style Yang est le plus communément pratiqué actuellement en occident. Sa paternité est traditionnellement attribuée à Zhang San Feng vers l’an 1101 mais s’inspire de techniques plus anciennes encore…
L’étude indispensable des applications martiales garantit à l’élève, la qualité, la compréhension, l’efficacité des mouvements de la « Forme » et en font un art de défense inéluctable.
Le Grand Enchaînement est aussi performant en matière de prévention de santé qu’en guérison d’un grand nombre de pathologies, et aujourd’hui reconnu comme tel par les chercheurs occidentaux.
Une pratique quotidienne permettra d’harmoniser le corps physique, le mental et la spiritualité de l’être.

Taïji-Quan style Li

Le Taïji-Quan de l’école Li fut mis au point par Maître Li Ruidong (1851-1917) disciple de Dong Haichuan (Fondateur de Ba Gua), de Maître Hui Hai de Shaolin et de Maître Yang Lucha (Tai ji Quan style Yang).

Maître Li Ruidong a extrait les points forts des écoles du sud et du nord, et fondé une nouvelle école : l’école Li.

Ce style respecte l’harmonisation du ciel et de l’Homme, prend en considération le vide (la vacuité, le lâcher-prise), s’adapte à la Nature.

La pratique du style Li demande un profond relâchement, souplesse, stabilité, amplitude, et élégance.
Il donne une place importante au Shen (esprit résidant au 3ème œil) et au Yi (esprit de sagesse), les gestes sont impulsés par le cœur. Il nourrit l’énergie interne, améliore la santé, renforce muscles et tendons, augmentant aussi la capacité à se défendre.
Le Taïji-Quan style Li est une forme rarement pratiquée et extrêmement attachante.

Taïji-Quan style Chen – forme 23

Le style Chen fut fondé par Maître Chen Wangting au 17ème siècle. Il conserve aujourd’hui son caractère traditionnel alliant souplesse et fermeté, à la recherche de l’harmonie (esprit, respiration, mouvement). Il donnera naissance à tout les autres styles pratiqués de nos jours.

La forme 23 se caractérise par des mouvements amples et légers issus de la région lombaire. Chaque partie du corps est mobilisée, souple, ronde et ferme. Telle une force explosive se déplaçant en spirale les mouvements de la forme 23 sont vrillés et respectent les trois principes suivants :

  • Dans tout mouvement, chaque partie du corps se mobilise.
  • La région lombaire constitue l’axe, le coeur de tout mouvement.
  • Les mouvements s’enchaînent sans interruption, ni brutalité et sont souples et ronds.

Technique de santé et de bien-être, la forme 23 est la synthèse de la quintessence du style Chen. Une pratique assidue permet d’apaiser l’esprit, de renforcer l’organisme, d’améliorer la santé tout en apprenant à se défendre.